•  

    « La tradition n’est pas une vieille habitude … elle rassure. »  

    Edward Norton

    ****

     En Provence les fêtes de Noël commencent à partir du 4 décembre et se terminent le 2 février.

    C’est la période Calendale.

     (sources : Almanach provençal, wikipédia et...vécu!)

    Tout commence donc avec les blés de la Sainte Barbe.

     

    Ah! les traditions...

     Le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe, il est de tradition de planter, dans trois coupelles,

    des grains de blé de la récolte précédente, réservés pour les semailles de la prochaine saison, afin de les faire germer.

    « Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » (« Blé bien germé, c'est la prospérité pour toute l'année »).

    Cette tradition remonterait à l'époque romaine.

    Ces coupelles, représentant la Sainte Trinité, font ensuite partie de la décoration de la table de Noël,

    au soir du 24 décembre, lors du Gros souper.

    Le 25 décembre, la maîtresse de maison orne ces blés de rubans jaune et rouge.

    À compter du 26 décembre, les coupelles sont disposées près de la crèche, et jusqu'à l'Épiphanie.

    Les blés sont enfin plantés en pleine terre.

     Ah! les traditions...

    Puis on prépare la crèche...( crèche vivante à Séguret )

    Ah! les traditions...

      Le 23 et 24 on capture la "pétouze"

     La veille de Noel, les hommes partaient capturer la pétouze (roitelet,troglodyte).

    On l’offrait ensuite au curé lors de la messe de minuit.

    Le curé délivrait pendant l’office la pétouze, pour symboliser l’affranchissement

    de l’âme humaine délivrée de ses chaines par la venue du Messie.

    La messe étant terminée, on acclamait "lou rei de la vaquète "

    ( roi du troglodyte, celui qui avait réussi à capturer l’oiseau.)

    Il arrivait quelques fois, que les hommes revenaient bredouille de leur chasse.

    Les femmes partaient alors à leur tour tenter leur chance.

    Et si par bonheur elles arrivaient à capturer l’oiseau, alors là , elles s’en donnaient à coeur joie et se moquaient

    joyeusement de leurs hommes.

     Ah! les traditions...

    Les bergers préparent le "pastrage" qui a lieu le 24 au soir.

     Quelques jours avant Noël, le bayle (le maître berger)choisit un agneau, le plus beau du troupeau.

    Une charrette est parée avec des rubans, des bougies, des branchages.

    Le soir de Noël venu, on place l’agneau dans la charrette qui est tirée par la brebis.

    Les bergers descendent alors dans le village, pour réveiller les villageois et pour leur annoncer la naissance de l’enfant.

    Ils apportent l’agneau en offrande.

    Les groupes folkloriques, qui représentent les villageois se joignent au cortège,

     Les bras chargés de présents, ils se rendent à l’église, pour rendrent hommage à l’enfant

    et déposer à ses pieds, durant la messe, les fruits de la terre.

     Ah! les traditions...

     La maîtresse de maison a à sa charge la préparation du gros souper

    Le gros souper (lou gros soupa, en provençal) était le repas maigre traditionnellement pris en famille l

    le 24 décembre, avant la messe de minuit.

     Ah! les traditions...

    Elle s'occupait également du repas de Noël

    et des 13 desserts:

     Les treize desserts, ou calenos, présentés à la fin du gros souper servi lors de la vigile de la fête de Noël

    font partie de la tradition provençale, tradition ancienne pour ce qui est des desserts

    et assez jeune en ce qui concerne le chiffre treize.

    Ils sont composés de pâtisseries et de fruits :

    - des fruits secs appelés les quatre mendiants, par analogie avec les robes des ordres mendiants ,

    - les raisins secs pour les Dominicains,

    - les figues sèches pour les Franciscains,

    - les noix pour les Augustins,

    - les amandes pour les Carmes,

    - la pompe à l'huile,

    (en langue d'oc, poumpo à l'oli ou pompa a l'òli) est un dessert

    à base de farine,

    d'huile d'olive, de sucre et de fleur d'oranger.)

     - le nougat blanc et le nougat noir,

    - des fruits confits ou frais, en particulier pommes, mandarines, et raisins spécialement conservés pour Noël,

    - des confiseries comme les calissons ou les biscotins d'Aix.

     Ah! les traditions...

    Le plus âgé de la famille surveillait le "Cacho fio"

     La soirée de Noël commence par l'ancienne coutume païenne du cacho fio.

    Il s'agit d'une cérémonie durant laquelle l'on met une grosse bûche d'arbre fruitier au feu.

    Selon Frédéric Mistral l'expression cacho fio vient de « mettre au feu ».

    Cette cérémonie s'accompagne d'une bénédiction, durant le transport de la bûche vers le foyer.

    Une triple libation sur la bûche est ensuite pratiquée par le plus jeune de l'assemblée, avec du vin.

     Ah! les traditions...

     On prépare ensuite le jour de l’an,

    puis à partir du 6 janvier on met les rois mages dans la crèche et on tire les rois avec nos fameux et délicieux gâteaux.

    Et tout se termine le 2 février pour la chandeleur avec les crêpes et les navettes.

    Ah! les traditions...

     Au - delà des polémiques au sujet des crèches dans les lieux publics

     croyants ou pas...

    Je vous souhaite déjà

    de très belles fêtes de fin d'années...

    Ah ! les traditions

     

     

     

     

     

     


    22 commentaires
  •  

    Comme je vous ai déjà écrit,

    Je n'ai pas trop de temps

    Depuis un bon moment

    Je vous propose donc aujourd'hui

    Une rediffusion.

     

    Mais n'est-ce pas là, le propre des saisons...?

    Un éternel recommencement

    Même s'il y a quelques changements.

    °°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      " Voici que la saison décline,

    L’ombre grandit,

    l’azur décroît,

    Le vent fraîchit sur la colline,

    L’oiseau frissonne,

    l’herbe a froid."

    Victor Hugo (extrait -recueil dernière gerbe)

     L'automne et son cortège de couleurs...

    Sur les étals...D'autres fruits 

    D'autres saveurs...

     Légumes d'automne...

     

    Le ciel de mon village devient "rose et bleu lavande"

     C'est juste ce que l'on lui demande...

     

     

     

     

     


    31 commentaires
  •  

     

     

    Sur les traces des Templiers ...

    Petite village du Vaucluse,

    située dans l'Enclave des Papes

    Où a lieu le plus important Marché aux truffes d'Europe . 

    Tous les samedis matins, de mi-novembre à fin mars sur le Cours du Mistral (marché des professionnels)

    et l'Avenue de la Rabasse (marché de détail)

    Rabasse étant le nom provençal donné à la "melanosporum"

    Mais aujourd'hui je vais vous parler de toute autre chose, même si la truffe est aussi un trésor !

    **************************************

    Sur les traces des Templiers ...

     La Commanderie de Richerenches est une commanderie templière du XIIe siècle en ruine.

    Elle est située au centre de la commune de Richerenches, village provençal d'environ 600 habitants dans l'Enclave des papes

    (morceau de Vaucluse inclus dans le département de la Drôme).

    La Commanderie de Richerenches fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 28 décembre 1984.

    Sur les traces des Templiers ...

      Ancien Hôtel de ville située dans la cour de la Commanderie                                Hôtel de ville actuel dans le village

    Tour de la Commanderie.

     La commanderie de Richerenches est fondée en 1136 par le frère templier Arnaud de Bedos,

    chargé de prospecter en Provence à la recherche de terrains et de recrues.

    Le lieu-dit Ricarensis (qui donnera le nom de Richerenches) lui est donné par le seigneur local Hugues de Bourbouton,

    sous l'impulsion de l'évêque Pons de Grillon.

    L'Ordre du Temple y fait construire une ferme fortifiée (Mas) ainsi qu'une chapelle achevée en 1147.

    Entrée à l'intérieur de la ferme

     L'Ordre fait également assécher les marais environnants.

    En 1138,  Richerenches devient une commanderie avec sous ses ordres de nombreuses autres maisons de Provence.

    L'agrandissement sera constant, à partir de cette période.

    Puits des Templiers...

     L'activité de cette commanderie est axée sur la culture du blé et de la vigne ainsi que sur l'élevage de chevaux et de moutons.

    Richerenches est alors réputée pour la qualité de ses chevaux, tous destriers de guerre, solides physiquement,

    dont la quasi-totalité était envoyée en Terre sainte.

    Sur les traces des Templiers ...

    Le seigneur Hugues de Bourbouton se fait templier, cède à l'Ordre tous ses biens et terrains,

    et, est nommé commandeur de Richerenches

    cette même année.

    Lors de la dissolution de l'Ordre du Temple, les terrains sont confisqués par les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

    puis par le pape en 1320.

    Sur les traces des Templiers ...

     L'ordre du Temple est un ordre religieux et militaire fondé en 1119 en Terre Sainte après la 1ère Croisade,

    à l'initiative du chevalier champenois Hugues de Payns aidé de quelques preux chevaliers.

    Le roi de Jérusalem Baudoin II leur octroie pour installer leur siège la mosquée Al-Aqsa,

    où était anciennement situé le temple de Salomon, d'où leur nom.

    La mission initiale de l'Ordre du Temple est de défendre la chrétienté en Orient :

    assurer la garde des Lieux Saints de Palestine.

    Bague des templiers

    Où est caché le trésor des templiers ?

    Sur les traces des Templiers ...

     Ils avaient pour mission la reconquête de Jérusalem.

    Les Templiers furent rapidement reconnu par le pape, qui leur accorda de nombreux privilèges en récompense de leur efficacité.

    Mais la chute de l'ordre du Temple fait l'objet d'une polémique historique.

    Le roi français Philippe le Bel se serait approprié l'or des Templiers.

    Ces derniers possédaient effectivement des richesses immenses et une indubitable puissance militaire en Europe.

    Pour de nombreux souverains, l'autorité des Templiers représentait un danger.

    En 1312, le pape prononça la dissolution de cet ordre. Mais pour quelles raisons ?

    L'Eglise et Philippe le Bel ont-ils fait main basse sur leurs richesses?

    *******************

    Sources du texte...

    Mes propres lectures et l'incontournable : Wikipédia

    **********************************************

    Bonus... Une vidéo de Mr Claude Michaud

    --------

    En repartant de Richerenches... J'ai rencontré un descendant de ces fameux destriers...

    Sur les traces des Templiers ...

     

    Sur les traces des Templiers ...

     

     


    41 commentaires
  •  

     

     

    Fini...les tongs...

     



    Fini les tongs...

     Fini les tongs...

    Etais-tu toi aussi au dernier rang en regardant l'heure de la sortie ?

     Fini les tongs...

    Inutile de préciser que ces photos sont de l'un de nos plus célèbres photographes

    Robert DOISNEAU

    Bons ou mauvais souvenirs...

    On regarde toujours  ces images avec beaucoup de nostalgie !

     


    Les annonces  en 2016 de Najat Vallaud-Belkacem sur la réforme du collège ont plongé dans l'inquiétude

    les professeurs de langues anciennes.

    Ils redoutaient la disparition de l'enseignement du latin et du grec.

    Le sujet ne semble plus d'actualité...

    Qu'en pensez-vous ?

     

     

     

    Fini les ...Tongs

     

    Fini...les tongs...

     

     

     

     


    35 commentaires
  •  

    Pas besoin d'aller plus loin,

    ni plus haut pour être au dessus des nuages !

    Photo du jour...

    Photo prise de la terrasse de chez une amie ...

    au coeur de mon village

    ( 15 août 2017 )

    Photo du jour...

     


    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires