•  

    Mon compagnon (depuis plus de 32 ans) est rentré en urgence à l'hôpital...il y a une semaine

    Je vais donc faire une pause indéterminée...

    Je ne ferais donc pas de billets pour le moment, le coeur n'y ai pas.

    Je viendrais vous voir de temps en temps histoire de me changer les idées.

    Coeur lourd...

    Comme cette petite fleur...

    J'ai vraiment les larmes aux yeux !

    Coeur lourd...

    Coeur lourd...

     

     

     

     


    46 commentaires
  •  

    Cesse de faire l'âne...

     

    L’âne de Provence est une race d’âne originaire du sud-est de la France,

    et plus particulièrement de Provence.

    C'est un âne de petite taille, robuste et rustique,

    qui est caractérisé par sa robe grise pourvue d'une bande cruciale dite " croix de saint André ".

    Cesse de faire l'âne...

     

    Compagnon historique des transhumances, il est de nos jours utilisé en attelage,

    pour des randonnées .

    Cesse de faire l'âne...

     

    La race a été reconnue par le Ministère de l’Agriculture en 1995.

    L'Association de l'âne de Provence est l'association de la race gérant le stud-book et assurant sa promotion.

    Depuis le xve siècle, l'âne de Provence est associée à la transhumance des moutons entre

    la Basse-Provence et la Haute-Provence,les Alpes et le Dauphiné,

    portant le matériel des bergers le long des « drailles »

    menant aux alpages.

    La race a été sélectionnée sur une charpente et des membres solides

    pour parcourir les pistes plus ou moins escarpées des montagnes,

    assurant ainsi le ravitaillement des estives.

    Cesse de faire l'âne...

     

    C'est un âne calme et patient, réputé facile à dresser.

    Il est aujourd’hui utilisé principalement comme animal de compagnie

    ou dans le tourisme, pour le transport des bagages des randonneurs.

    Cesse de faire l'âne...

     

    Très à l'aise sur terrains secs, c'est un excellent débroussailleur.

    Cesse de faire l'âne...

     

     

    L’effectif d'ânes de Provence a fortement varié en France depuis le XIXe siècle.

    À cette époque, il s'élève à 13 000 têtes, puis passe à 2 000 en 1956, pour seulement 330 en 1993.

    À partir de 1994, des actions de sauvegarde de la race ont été menées

    par l'Association de l'âne de Provence et le Haras national d'Uzès.

    La race a ainsi été reconnue officiellement en 1995.

    Cesse de faire l'âne...

     

    ( celui-là se prend pour un cerf...! )

    On dénombre 30 éleveurs d'ânes de Provence en activité en France en 2013.

    Cette même année, on recense 32 naissances d'ânes de Provence, 26 baudets en activité et 89 ânesses saillies .

    *********

    Comme j'aime finir en chanson ...

    Cesse de faire l'âne...

     

    Cesse de faire l'âne...


    26 commentaires
  • C’est étrange, un arbre, en hiver.

    Immobile, sombre, décharné.

    Auprès de mon arbre...

     Seul, sur fond de ciel blanc et terne. Subissant sans broncher les assauts hostiles 

    Auprès de mon arbre...

     du vent, du froid, 

    Auprès de mon arbre...

     de la neige aussi.

    Auprès de mon arbre...

     ses branches sont comme celles d’un malheureux escogriffe.

     Auprès de mon arbre...

     le vert est annoncé, c’est la fête au végétal.

    Auprès de mon arbre...

     Au printemps, il exulte. Ses bourgeons éclatent, il se pare de mille feuilles,

    Auprès de mon arbre...

    Mais l’hiver ? Que fait-il ? Comment passe-t-il le temps ? Il attend ? Mais quoi exactement ?

    Auprès de mon arbre...

     Si l'on pose la question à un biologiste, il répond : en hiver, les arbres dorment… à moitié !

    Mais encore ?

    Cela s’appelle la “dormance”.

    Soit une longue somnolence, dans laquelle sombre doucement l’arbre, sans heurt,

    dès l’automne, lorsque le fond de l’air annonce le froid à venir.

    Auprès de mon arbre...

    Car l’arbre a un objectif : protéger ses bourgeons, que menace notamment le gel.

    Et pour remplir cette mission, l’arbre se met en veille.

    Auprès de mon arbre...

     C’est-à-dire qu’il ralentit sa croissance.

    Un exploit ! Protecteur,

    Auprès de mon arbre...

    il va même jusqu’à former des écailles là où naîtront les futures pousses feuillées,

    leur faisant comme un nid douillet d’où elles pourront éclore sans crainte, 

    Auprès de mon arbre...

    (Une petite exception : Le Plaquenier , arbre méditerranéen , à kakis qui sont à maturité de Octobre à  Février)

    Auprès de mon arbre...

    lorsque les beaux jours seront revenus.

     Auprès de mon arbre...

     

    Source du texte : ICI

    et pour celles et ceux qui sont aller jusqu'au bout ...

    Auprès de mon arbre...

     


    42 commentaires
  • Avant un gros orage...

    Avant l'orage...

    Que le ciel ne soit plus très sage

    Avant l'orage...

    J'ai eu le temps de prendre ces quelques images ...

    Avant l'orage...

    avant l'arrosage !

    Avant l'orage...

     Que la nature est belle

    Avant l'orage...

     Quand elle se réveille ...

    Avant l'orage...


    30 commentaires
  •  

    Bleu lavande...


     Dans l’Antiquité, les civilisations grecques et romaines connaissaient la lavande pour les usages connus aujourd’hui :

    parfumerie, médecine et soins du corps ,adoucissant pour le linge.

    Du Moyen Age à la Renaissance,c’est toujours comme plante médicinale et essence précieuse pour ses vertus,

    que l’on retrouve la lavande. La lavande fine est présente dans les jardins des herboristes et des monastères.

    Sainte Hildegarde (1098-1179) cite la lavande pour la préparation d’un collyre.

    En 1478, le roi René achète de l’essence de lavande en Provence pour l’offrir à sa dame.

    La lavande est utilisée dans la lutte contre les grandes pestes (fumigations)

    Au XVI ème siècle, il y eu un développement des usages médicinaux grâce à la faculté de Montpellier.

     

    Bleu lavande...

     Le Vaucluse, et principalement le Plateau de Sault,

    est le premier producteur français de lavande, avec une superficie de 1150 ha de lavande

    et 1750 ha de lavandin, assurant 40% de la production française d'essence de lavandes.

     

    Panier de lavande

      Au cours du XIXème siècle, sur les hautes terres de Provence, la lavande sauvage couvre les collines,

    favorisée par le pâturage intensif des moutons.

    L’expansion à Grasse des industries de la parfumerie provoque une forte progression de la demande de plantes à parfum.

      Bleu lavande...

      La cueillette de la lavande fine, jusqu’alors effectuée par les bergers et quelques paysans, se généralise et s’organise.

    La coupe réunit les jeunes du village et tous les bras laissés disponibles par l’agriculture, femmes et enfants compris.

    Un bon coupeur peut récolter jusqu’à une centaine de kilo par jour.

     Bleu lavande...

    Dans la seconde moitié du XIXème siècle :

    Croissance de la demande importante d’où une augmentation de la production d’huile essentielle de lavandes sauvages.

    1928-1932 : Développement de la culture du lavandin.

    1958-1962 : Extension maximale de la lavandiculture : lavande fine en montagne et lavandin sur les plateaux et les plaines.

    1979-1980 : Forte crise pour les lavandes.

    1994-1999 : Plan de relance de la lavande (doublement de la production en 5 ans de 25 à 50 tonnes d’huiles essentielles)

    et stabilisation des surfaces cultivées en lavandin.

     Bleu lavande...

      Comme en Provence tout fini par des chansons ...

     Bleu lavande...

    Bleu lavande...

     


    38 commentaires