•  

    « La tradition n’est pas une vieille habitude … elle rassure. »  

    Edward Norton

    ****

     En Provence les fêtes de Noël commencent à partir du 4 décembre et se terminent le 2 février.

    C’est la période Calendale.

     (sources : Almanach provençal, wikipédia et...vécu!)

    Tout commence donc avec les blés de la Sainte Barbe.

     

    Ah! les traditions...

     Le 4 décembre, jour de la Sainte-Barbe, il est de tradition de planter, dans trois coupelles,

    des grains de blé de la récolte précédente, réservés pour les semailles de la prochaine saison, afin de les faire germer.

    « Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » (« Blé bien germé, c'est la prospérité pour toute l'année »).

    Cette tradition remonterait à l'époque romaine.

    Ces coupelles, représentant la Sainte Trinité, font ensuite partie de la décoration de la table de Noël,

    au soir du 24 décembre, lors du Gros souper.

    Le 25 décembre, la maîtresse de maison orne ces blés de rubans jaune et rouge.

    À compter du 26 décembre, les coupelles sont disposées près de la crèche, et jusqu'à l'Épiphanie.

    Les blés sont enfin plantés en pleine terre.

     Ah! les traditions...

    Puis on prépare la crèche...( crèche vivante à Séguret )

    Ah! les traditions...

      Le 23 et 24 on capture la "pétouze"

     La veille de Noel, les hommes partaient capturer la pétouze (roitelet,troglodyte).

    On l’offrait ensuite au curé lors de la messe de minuit.

    Le curé délivrait pendant l’office la pétouze, pour symboliser l’affranchissement

    de l’âme humaine délivrée de ses chaines par la venue du Messie.

    La messe étant terminée, on acclamait "lou rei de la vaquète "

    ( roi du troglodyte, celui qui avait réussi à capturer l’oiseau.)

    Il arrivait quelques fois, que les hommes revenaient bredouille de leur chasse.

    Les femmes partaient alors à leur tour tenter leur chance.

    Et si par bonheur elles arrivaient à capturer l’oiseau, alors là , elles s’en donnaient à coeur joie et se moquaient

    joyeusement de leurs hommes.

     Ah! les traditions...

    Les bergers préparent le "pastrage" qui a lieu le 24 au soir.

     Quelques jours avant Noël, le bayle (le maître berger)choisit un agneau, le plus beau du troupeau.

    Une charrette est parée avec des rubans, des bougies, des branchages.

    Le soir de Noël venu, on place l’agneau dans la charrette qui est tirée par la brebis.

    Les bergers descendent alors dans le village, pour réveiller les villageois et pour leur annoncer la naissance de l’enfant.

    Ils apportent l’agneau en offrande.

    Les groupes folkloriques, qui représentent les villageois se joignent au cortège,

     Les bras chargés de présents, ils se rendent à l’église, pour rendrent hommage à l’enfant

    et déposer à ses pieds, durant la messe, les fruits de la terre.

     Ah! les traditions...

     La maîtresse de maison a à sa charge la préparation du gros souper

    Le gros souper (lou gros soupa, en provençal) était le repas maigre traditionnellement pris en famille l

    le 24 décembre, avant la messe de minuit.

     Ah! les traditions...

    Elle s'occupait également du repas de Noël

    et des 13 desserts:

     Les treize desserts, ou calenos, présentés à la fin du gros souper servi lors de la vigile de la fête de Noël

    font partie de la tradition provençale, tradition ancienne pour ce qui est des desserts

    et assez jeune en ce qui concerne le chiffre treize.

    Ils sont composés de pâtisseries et de fruits :

    - des fruits secs appelés les quatre mendiants, par analogie avec les robes des ordres mendiants ,

    - les raisins secs pour les Dominicains,

    - les figues sèches pour les Franciscains,

    - les noix pour les Augustins,

    - les amandes pour les Carmes,

    - la pompe à l'huile,

    (en langue d'oc, poumpo à l'oli ou pompa a l'òli) est un dessert

    à base de farine,

    d'huile d'olive, de sucre et de fleur d'oranger.)

     - le nougat blanc et le nougat noir,

    - des fruits confits ou frais, en particulier pommes, mandarines, et raisins spécialement conservés pour Noël,

    - des confiseries comme les calissons ou les biscotins d'Aix.

     Ah! les traditions...

    Le plus âgé de la famille surveillait le "Cacho fio"

     La soirée de Noël commence par l'ancienne coutume païenne du cacho fio.

    Il s'agit d'une cérémonie durant laquelle l'on met une grosse bûche d'arbre fruitier au feu.

    Selon Frédéric Mistral l'expression cacho fio vient de « mettre au feu ».

    Cette cérémonie s'accompagne d'une bénédiction, durant le transport de la bûche vers le foyer.

    Une triple libation sur la bûche est ensuite pratiquée par le plus jeune de l'assemblée, avec du vin.

     Ah! les traditions...

     On prépare ensuite le jour de l’an,

    puis à partir du 6 janvier on met les rois mages dans la crèche et on tire les rois avec nos fameux et délicieux gâteaux.

    Et tout se termine le 2 février pour la chandeleur avec les crêpes et les navettes.

    Ah! les traditions...

     Au - delà des polémiques au sujet des crèches dans les lieux publics

     croyants ou pas...

    Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d'années...

    Ah ! les traditions

     

     

     

     


    33 commentaires
  •  

    Tout en restant dans mon village

    Je voyage

    En une heure de temps, le ciel changeant donne le ton...

    Quelque soit la saison.

    C'est toujours pour moi un vrai moment de détente

    Dans cette nature omniprésente.

    ***********

    Sablet vu d'en bas

    Derniers jours de novembre...

     Une rencontre au détour d'un chemin 

     Derniers jours de novembre...

     Les Dentelles de Montmirail

     Derniers jours de novembre...

    Derniers jours de novembre...

    Derniers jours de novembre...

    Une heure 30 plus tard...Je dois remonter vers le village

    La nuit tombe et il n'est que 17 heures !

    Et ...

    Derniers jours de novembre...

    Derniers jours de novembre...

    Le soleil va se coucher

    Derniers jours de novembre...

    Derniers jours de novembre...

     

    L'horizon tout entier s'enveloppe dans l'ombre,
    Et le soleil mourant, sur un ciel riche et sombre,
    Ferme les branches d'or de son rouge éventail.

    (José Maria de Hérédia)

    Derniers jours de novembre...

     

     

    Derniers jours de novembre...

     

     

     


    27 commentaires
  •  

    "Les critiques voient la musique

    et entendent la peinture "

    (Aphorisme 2003)

     

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Robert Hefferan

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Jean-Baptiste Dagoty

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Jacques Dumont

     Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Hendrick Ter Brugghen

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

    Cornelis Troot

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Andrew Atroshenko

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Lise Cormier (Artiste contemporaine québecquoise)

    Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     Rien trouvé sur cette oeuvre... Mais j'aime beaucoup.

    Si vous avez des renseignements, ils seront les bienvenus

     

     Quand les peintres rencontrent les instruments de musique...

     

     

     

     


    28 commentaires
  •  

     Un article déjà publié en tout début de l'année 2014...

    Mais j'ai envie de le re-publier en ce jour de novembre

    ****************

    Lettres du Front...

    C'est un trou de verdure où chante une rivière,

    Accrochant follement aux herbes des haillons

    D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,

    Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

    Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

    Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

    Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,

    Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

    Les pieds dans les glaïeuls, il dort.

    Souriant comme sourirait un enfant malade, il fait un somme :

    Nature, berce-le chaudement : il a froid.

    Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

    Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,

    Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

     - Le dormeur du Val -

    Arthur Rimbaud

    ***********

    Possédant de nombreux documents émouvants d'un Grand'oncle

    qui m'ont été confiés par ma Grand'mère paternelle, il y bien longtemps,

    je voulais simplement partager un moment de mémoire...

    Lettres du Front...

    Il était jeune, il était fier !

    Dès la déclaration de la guerre

    il est parti

    La fleur au fusil !

    Ce devait être la der des der !

     Lettres du Front...

     Extrait de la 1ère lettre écrite à ses parents le 24 août 1914 !

    Le temps efface aussi ces mots écrits au crayon de bois

    par un fils aimé et aimant !

     Lettres du Front...

    Dès le début du conflit, il envoyait aussi des télégrammes ...

     Lettres du Front...

     Je possède une dizaine de lettres et bien d'autres cartes postales

    Où finalement c'est lui qui rassure ses parents en leur disant que tout va bien  

    et qu'ils ne doivent surtout pas s'inquiéter !

    (Je ne peux évidemment pas les déposer sur cet article,

    Ce serait trop long et de toute façon illisible!)

    Nous avons dans les années 1985-1986

    retranscrit tout ce courrier à la machine à écrire ,

    une façon de protéger ces documents

    *******

    Voici sa dernière lettre retranscrite telle quelle :

     Lettres du Front...

     Datée du samedi 6 février 1915...

    Tué à l'ennemi 10 jours plus tard !

     Lettres du Front...

     Son nom figure désormais sur le monument aux morts,

    parmi trente autres compagnons

    de guerre et de galère !

    Ils avaient tous entre 20 et 25 ans

    et la vie s'ouvrait à eux pleine de promesses !

     

    Lettres du Front...

    Pour la petite histoire:

    Vendredi 28 octobre 2011 sur la place,

    il est 19h00 lorsque commençait une cérémonie pour le moins inhabituelle aujourd’hui.

      Les porte-drapeaux et l’harmonie d’Aire sur la Lys étant prêts, le défilé se mettait en marche

    dans les rues du village en vue d’inaugurer pour la 2e fois le monument aux morts.

     La 1ère avait eu lieu en 1922 et rien ne s’était passé jusqu’au 4 août 2008,

    jour où un bus finissait sa course dans le cimetière après avoir heurté l’embase du monument !

    La municipalité décidait alors d’effectuer d’importants travaux .

    Ooo-----Ooo-----Ooo

     

    Lorsque j'habitais à 

    Messines près de Ypres en Belgique, 

    ( lien très intéressant pour en savoir plus sur cette ville martyre )

    Il arrivait fréquemment de trouver des objets datant de cette terrible période

    dans la campagne remontés à la surface, après les labourages ou autres travaux des champs...

     

    Lettres du Front...

     

    Inscription gravée sur le briquet à mèches :

    " Deroo Gabriel

    Prévôté 2ème BI

    Secteur Postal 137

    Souvenir de Ramerupt

    Le 28 mai 1917"

    (J'aurais aimé remettre cet objet à ses descendants,mais mes recherches sont restées vaines !)

     

    Lettres du Front...

     

    Lettres du Front...

     

     

     

     


    27 commentaires
  •  

     " Voici que la saison décline,

    L’ombre grandit,

    l’azur décroît,

    Le vent fraîchit sur la colline,

    L’oiseau frissonne,

    l’herbe a froid."

    Victor Hugo (extrait -recueil dernière gerbe)

     L'automne et son cortège de couleurs...

    Sur les étals...D'autres fruits 

    D'autres saveurs...

     Légumes d'automne...

     

    Le ciel de mon village devient "rose et bleu lavande"

     C'est juste ce que l'on lui demande...

     

     

     

     

     


    32 commentaires